Ville et autoroute

Ville et autoroute : vers une réconciliation ?

Enfouir, recycler, métamorphoser…

A quelles conditions les autoroutes urbaines peuvent-elles devenir les voies d’un nouveau modèle de développement métropolitain ?

Si la ville et l’autoroute ont longtemps entretenu des rapports brutaux, leur réconciliation est un enjeu fondamental pour répondre aux objectifs de ville durable. En effet, les autoroutes sont des éléments clés de l’organisation des mobilités urbaines. Leur insertion urbaine a des impacts très importants sur les paysages visuels comme sonores. Les abords des autoroutes peuvent être des espaces pour des projets urbains.

Si ces enjeux sont partagés, quelles transformations proposer ? Faut-il cacher ou réduire les flux ? Comment concilier mobilités locales et enjeux de desserte métropolitaine, régionale et internationale ? Beaucoup de métropoles en débattent et les solutions qui se dessinent sont très variées selon les spécificités locales.

Devant ces choix et dans l’urgence de dessiner une vision mieux partagée pour garantir un portage politique fort des projets, VTIF, la Fédération nationale des agences d’urbanisme (FNAU) et l’Association des communautés urbaines de France (ACUF) ont organisé un colloque national sur le devenir des autoroutes urbaines en présence d’élus, de techniciens, de chercheurs, de concepteurs et de concessionnaires.


 

 

La journée était animée par Xavier DESJARDINS, professeur des universités à Paris-Sorbonne.

 

ACCUEIL

Brigitte BARIOL (déléguée générale, FNAU)

 

Introduction / Les autoroutes urbaines : un pari réussi ?

Xavier DESJARDINS (géographe, professeur des universités, Paris-Sorbonne)

 

Table ronde 01 / Couture urbaine et sanctuarisation de la fonction autoroutière

 

Raphael CATONNET (directeur général adjoint, Epadesa)

Frédérique HERNANDEZ (maître de conférences, Aix-Marseille Université)

Bruno JANSEM (directeur de la mobilité et des transports, Eurométropole de Strasbourg)

Yves LION (architecte - grand prix de l’urbanisme, Atelier Lion Associés)

 

Dans nombre de projets, la fonction circulatoire est gardée intacte grâce à la réalisation de couvertures et de contournements. L’infrastructure devient support d’un nouvel espace public propice à une nouvelle urbanité. Dans quels cas cette solution est-elle bénéfique et envisageable ? Comment en partager les coûts ?

 

Table ronde 02 / La fin des autoroutes urbaines ?

 

Mathieu FLONNEAU (historien, enseignant chercheur, Paris 1)

Philippe GASSER (directeur associé, CITEC)

Paul LECROART (urbaniste, IAU-ÎdF)

Patricia PELLOUX (directrice des études métropolitaines, APUR)

 

Dans certains contextes, la fonction autoroutière peut être remise en question au profit d’autres usages de l’espace public Dans quelles situations peut-on miser sur la démobilité, sur l’évaporation du trafic ou sur la délocalisation d'activités pour réduire les flux automobiles et leurs nuisances en supprimant les infrastructures qui en sont le support. Comment concevoir ces projets à l’heure de la construction métropolitaine sans accentuer les disparités entre le centre et la périphérie des agglomérations ? Comment favoriser l’acceptabilité sociale et politique de tels projets ?

 

Table ronde 03 / Des autoroutes aux avenues métropolitaines

 

Éric ALONZO (Architecte, co-directeur du DSA d’architecte-urbaniste de l’école d’architecture de la ville & des territoires)

Jean-Christophe CHADANSON (directeur d’études, Agence d’urbanisme de Bordeaux)

Sébastien SPERTO (directeur du département projets urbains, Agence d’urbanisme de Lyon)

Marion KLUITJMANS (chargée de mission, Métropole de Lyon)

Nicolas HAUTIERE (directeur de projet, IFSTTAR)

François LECLERCQ (architecte-urbaniste, Agence François Leclercq)

 

Les grandes infrastructures sont un atout pour l’attractivité socio-économique des métropoles. En réformant vigoureusement leur fonctionnement actuel, elles peuvent devenir l’armature d’un modèle de développement métropolitain innovant. Quelles innovations techniques, sociales, politiques... peuvent permettre de faire évoluer le modèle ?

 

Table ronde finale / Ville et autoroute : comment faire bouger les lignes ?

 

Martin de Wissocq (Responsable du pôle Île-de-France de la DGITM, MEDDE)

Arnaud Hary (Directeur Concession et Développement durable, SANEF)

Pierre Serne (Vice-Président du Conseil régional d’Île-de-France)

Jean-Pierre Spilbauer (Maire de Bry-sur-Marne, président de l’ACTEP, conseiller régional d’Île-de-France).

 

La nécessité de requalifier des autoroutes urbaines fait consensus. Pour y parvenir, deux éléments apparaissent essentiels : un travail profondément partenarial et interdisciplinaire ainsi qu’une volonté politique forte et partagée. A quelles conditions les autoroutes urbaines peuvent-elles devenir les supports de nouveaux usages de mobilité et de projets urbains et paysagers majeurs ? Comment les faire émerger, les faire aboutir concrètement ? Quels moyens et quelles gouvernances mettre en œuvre, sur quelles temporalités ?

 

Conclusion du colloque

Jacques-Jo BRAC DE LA PERRIERE (délégué général, Ville & Transports en Ile-de-France)

 

 

 

LES ACTES DU COLLOQUE


Ville et autoroute : vers une réconciliation dans la presse :